#AnBray

Transcription

I ni mwa tou sa koumansé mé « histoire » la pa klè
I ni mwa nonm lan tourmanté pas fanm tala ka plè’y
É pou an fwa tjè’y ka chanté sé tout kò’y ka fè’y mal
I sé lé di’y ke i ka mantjé’y mé sa ka fè’y pè
Pétèt li osi sé sa i ka pansé mé sa pa « certain »
Koumaniè pou rann li fol sé bondié sel ki sav
Mé kon lalin an syèl pli i ka gadé’y pli i ka santi sé tout kò’y ka mò ba’y
I sé lé viv an pié’y pou pétet an jou ni an chans di dòmi an bra’y

An bra’y

Lavi-a ka bel mé fo pa ou mandé’y twop
É lanmou-a ka red lè ou wè i ka mòdé’w fò
I siplié bondié i pa té las mandé’y fos
Pou espliké fanm-lan ke tjè’y ka mandié kò’y
An jou lanvi-a pran’y i néglijé « la méthode »
I tjenbé’y pa lanmen non i pa ralé’y fò
I gadé’y an zyé i pa té lé palé twop
Doudou sé ou man lé non man pa lé ayen dot
Je veux apprendre ta leçon, laisse moi venir à l’école
La vérité dans le fond c’est que je ne connais pas les codes
Mais je veux vieillir avec toi comme ça se faisait à l’époque
Annou suiv chimen-an

É pli i palé ba’y pli i ouvè tjè’y pli ti fanm-lan santi i ka mò ba’y
Si c’est la destinée i pa kay goumen i za paré pou vlopé an bra’y

An bra’y

é dépi sa , i pa ba’y an pa
i viv an siel bò an zétwal
an bra’y an bra’y an bra’y

il a connu la peur de l’attente , la crainte de l’absence l’amour qui crée le manque
Mais quand sa bouche l’apprend, sa peau il l’a sent il en oublierait le monde
Et si peu de choses les rassemblent l’envie les rapproche comme deux imbéciles qui s’aiment
Les autres parlent d’inconscience, ils répondent par la confiance en un dieu qui sait ce qu’il fait

É si yo tou lé dé « l’éternité » pa asé long
I pa bizwen dot fanm pou i santi kò’y asé nonm
Yo sé lé vwayajè mé le « monde » pòkò asé gran
Menm si yo viv mil fwa yo pòkò kay ni asé tan
Dé santiman violan kon nenpot ki aksidan
Dé tjè ki ka palé é sé Bondyé ki konfidan
E non sa pa ni sans pou an « cerveau » ki pridan
Ayen pa kay séparé yo menm lanmò pa sifizan

E chak jou Bondyè fè , chak i gadé’y i sé pléré lè i ka souri ba’y
I pa sav si i ka révé é pou i sèten ke sa vré fok i séré’y an bra’y

Dépi sa , i pa ba’y an pa
I viv an siel bò an zétwal
An bra’y an bra’y an bra’y

🇫🇷 Traduction

Il y a des mois que tout ça a commencé mais l’histoire n’est pas claire
Il y a des mois que cet homme est tourmenté car cette femme lui plaît
Et pour une fois que son cœur chante c’est tout son corps qui lui fait mal
Il voulait lui dire qu’elle lui manque mais ça l’effraie
Peut-être qu’elle aussi pense la même chose mais c’est incertain
Comment lui faire perdre la tête Dieu seul sait
Et comme la lune dans le ciel plus il admire plus il meurt pour elle
Il voulait vivre à ses côtés pour peut-être un jour avoir la chance de se lever dans ses bras

Dans ses bras

La vie est belle mais il ne faut pas trop lui demander
Et l’amour est aveugle
Il supplie Dieu jamais lassé de lui demander sa force
Afin d’expliquer à cette femme que son cœur demande son corps
Un jour l’envie lui prend il négligea la méthode
Il l’a tenu par les mains non il ne l’a pas tiré fort
Il l’a regardé dans les yeux il ne voulait pas trop parler
Doudou c’est toi que je veux et rien d’autre
Je veux apprendre ta leçon laisse-moi venir à l’école
La vérité dans le fond je ne connais pas les codes
Mais je veux vieillir avec toi comme ça se faisait à l’époque
Suivons ce chemin

Et plus il lui parle et lui ouvre son cœur plus cette jeune femme sent qu’il meurt pour elle
Si c’est la destinée elle ne se battra pas elle est déjà prête à s’envelopper dans ses bras

Dans ses bras

Et depuis ça ils ne se donnent pas un pas
Ils vivent au ciel aux côtés des étoiles

Dans ses bras dans ses bras dans ses bras dans ses bras
Il a connu la peur de l’attente la crainte de l’absence l’amour qui crée le manque
Mais quand sa bouche l’apprend sa peau il la sent il en oublierait le monde
Et si peu de choses les rassemblent l’envie les rapproche comme deux imbéciles qui s’aiment
Les autres parlent d’inconscience ils répondent par la confiance en un dieu qui sait ce qu’il fait

Et s’ils sont tous les deux l’éternité n’est pas assez long
Il n’a pas besoin d’autres femmes pour se sentir homme
Ils sont les voyageurs mais le monde n’est pas assez grand
Même s’ils vivent mille fois ils n’auront pas assez de temps
Des sentiments violents comme n’importe quel accident
Des cœurs qui parlent et c’est Dieu le confident
Et non ça n’a pas de sens pour un cerveau prudent
Mais pour les séparer même la mort n’est pas suffisante

Et chaque jour que Dieu fait chaque fois qu’il la regarde il pleure quand elle lui sourit
Il ne sait pas s’il rêve et pour qu’il soit sûre que ce soit vrai il faut qu’il la serre dans ses bras

On va oublier ces deux trois soirs où il n'est pas rentré dormir à la maison
Où il n'a pas daigné répondre à son téléphone
On va oublier ce collègue si sympathique qu'elle finira par s'oublier avec lui une fois ou deux
Et puisque l'humanité est capable du pire il y a malheureusement des utopies nécessaires
Alors on va préférer croire que

Et depuis ça ils ne se donnent pas un pas
Ils vivent au ciel aux côtés des étoiles

Dans ses bras